Le lieu

Commandée par Pierre Perrotte, industriel dieppois (huileries Poullard) et maire de Dieppe de 1929 à 1935, à l’architecte dieppois Georges Feray et à l’architecte parisien Louis Filliol, la Villa Perrotte est un superbe hôtel particulier, moderne et fonctionnel bâti en 1928.

Véritable bijou Art Déco

Cette villa aux volumes géométriques et asymétriques, aux formes épurées, avec porte-mât de type paquebot, toit terrasse avec corniches saillantes, façades sur jardin et sur rue différentes, fenêtres en bandeau, grand vitrail à motifs géométriques éclairant une vaste cage d’escalier (l’Art Déco réserve une large place à cet élément, le faisant désormais entrer dans les édifices privés) illustre à merveille le style moderniste. Les menuiseries extérieures prolongent le dessin des façades. Le rythme des impostes, des ouvrants et la forme des châssis participent à l' harmonie du lieu. 

Le jardin

Côté jardin, sa façade est agrémentée d’un bow-window en V sur deux étages, élément caractéristique du travail de l’architecte Georges Féray (architecte qui réalisa entre autres le Sacré Cœur de Janval et le groupe scolaire Jules Ferry, à Dieppe).

Un peu d'histoire...

L’architecture de cette villa reprend certains des grands principes définis par Le Corbusier : portes intérieures coulissantes au rez-de-chaussée, faisant référence à la notion de « plateau libre », pureté des lignes et des volumes. L’ossature en béton armé, matériau utilisé à grande échelle à partir des années 1920 pour la modestie de son coût et sa beauté, permet d’agrandir pièces et fenêtres (poutres de longue portée, poteaux, linteaux…).

La décoration intérieure est d’un très grand raffinement, et d’une prodigieuse harmonie : mobilier encastré (banquette retapissée à l’identique s’inscrivant dans une alcôve, bibliothèque recouvert de placage « à livre ouvert », placards dans la cuisine, sur les paliers…), somptueuses cheminées en marbre aux coloris rares et aux sculptures originales en bas relief (feuillages ou motifs marins) , remarquable travail de ferronnerie parfaitement illustré par les cache-radiateurs en fer forgé tressé, la rampe d’escalier, les appliques lumineuses, la console de l’entrée…,extraordinaires couleurs des carrelages, luminosité exceptionnelle de chaque pièce...

Souci du détail

Chaque détail de cette villa a été minutieusement pensé et est le fruit d’un remarquable travail d’architecte, motivé par une recherche de fonctionnalité, s’expliquant par un changement des besoins des Français (progrès de l’hygiène, goût du confort…) et imprégné d’influences diverses et contradictoires telles que le cubisme, pour la simplification géométrique des formes, le fauvisme, pour l’association des couleurs ou l’Orient, pour les frises zigzagantes.

Cette exceptionnelle villa Art Déco ne révèle tous ses secrets qu’après plusieurs visites, qu’après de longues observations de ses sols, de ses plinthes, de ses plafonds, de ses coins et de ses recoins…A chaque passage, l’œil du visiteur découvre avec ravissement un nouveau détail s’inscrivant en parfaite harmonie avec le reste du décor, décor Art Déco qui se trouve ici à son apogée.

A l’origine maison d’habitation pour la famille Perrotte puis la famille Ouvry (Antoinette, fille de Pierre Perrotte ayant épousé le Docteur Paul Ouvry), la villa devient exclusivement un cabinet médical dans les années 80.

Nouvelle vie

La Villa Perrotte est ouverte de façon ponctuelle, pour les Journées du Patrimoine, les Journées des Métiers d'Art...